Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog

Nom du blog :
quelqueshistoires
Description du blog :
De l'Histoire, des histoires, essentiellement de l'histoire...
Catégorie :
Blog Actualité
Date de création :
07.04.2007
Dernière mise à jour :
10.07.2007

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Alexandre le grand (8)
· Amériques (19)
· Amsud (10)
· Chine (9)
· Construction européenne (6)
· Down under (8)
· Fédéralisme (9)
· Football (7)
· Gaule et Gaulois (3)
· Géographie (4)
· Géopolitique (6)
· Grèce antique (14)
· Guerre de sécession (4)
· Guerre du Pacifique (2GM) (6)
· Histoire contemporaine (10)
· Histoire de France XIXe (11)
· Indes (10)
· Insolite (16)
· Irlande (6)
· Japon (5)
· Monde scandinave (3)
· Moyen Age (16)
· Napoléon (22)
· Orient ancien (7)
· Précolombiens (8)
· Première guerre mondiale (7)
· Réflexions générales sur l'Histoire (7)
· République française (8)
· Révolution française (6)
· Rome antique (15)
· Russie (3)
· Seconde guerre mondiale (15)
· Temps barbares (9)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or quelqueshistoires
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Qui était le Roi Arthur ?
· Comment est mort Alexandre le grand ?
· Quand commence le Moyen-Age ?
· Quelques armes du Moyen Age...
· « SS-GB » (Len Deighton)

· « Napoléon » (Yves Simoneau)
· De quoi est mort Saint-Louis ?
· Un roi de France dénommé Louis XIX
· Un roi de France nommé Henri V
· Qui a inventé le sandwich ?
· Un Moyen Âge uchronique
· Grands malades et grands infirmes de l'Histoire
· Qui était Zarathoustra ?
· Celtes ou Gaulois ?
· Rois celtes

Voir plus 

Statistiques 304 articles


Derniers commentaires

aide a vos problèmes financier vou s avez besoin de prêts pour faire face aux difficultés financières enfin s
Par philippe, le 25.09.2014

aide a vos problèmes financier vou s avez besoin de prêts pour faire face aux difficultés financières enfin s
Par philippe, le 25.09.2014

aide a vos problèmes financier vou s avez besoin de prêts pour faire face aux difficultés financières enfin s
Par philippe, le 25.09.2014

aide a vos problèmes financier vou s avez besoin de prêts pour faire face aux difficultés financières enfin s
Par philippe, le 25.09.2014

aide a vos problèmes financier vou s avez besoin de prêts pour faire face aux difficultés financières enfin s
Par philippe, le 25.09.2014

Voir plus

RSS
Recherche

Charles Lindbergh, anti-héros uchronique :

Charles Lindbergh, anti-héros uchronique :

Publié le 19/05/2007 à 12:00 par quelqueshistoires
Charles Lindbergh, anti-héros uchronique :
- Illustration : Le visuel d'ouverture de cet article est une représentation du « Spirith of Saint-Louis », le fameux avion bi-moteur de l'exploit de Charles A. Lindberg, en mai 1927.

- Sources : Encyclopédie en ligne wikipédia.

___________________________________________________________________________

- Charles Lindbergh, anti-héros uchronique :

Comme on le voit très bien dans les fameux romans uchroniques « Fatherland » de Robert Harris (1992), « K » de Daniel Easterman (1999) ou encore le « Complot contre l’Amérique » de Philip Roth (2004) (etc), le grand ''Antéchrist'' de l’uchronie et de l’histoire étasunienne contemporaine, contre toute attente ce n’est pas Richard Nixon (''Dick le tricheur'', anti-héros du watergate) ni Barry Goldwater (candidat républicain malheureux, en 1964) :

C’est le fameux aviateur et héros de l’aviation Charles A. Lindbergh (« A » pour August...). Celui-là même - héros américain contemporain - qui avait réussi la première traversée de l’Atlantique par avion, en solitaire et sans escale, en mai 1927.

En effet, tous ces romans supposent que se reconvertissant dans une brillante carrière politique, incarnant l’héroïque rêve américain, il serait alors parvenu au pouvoir et aurait accédé à la Maison Blanche en battant le candidat démocrate Franklin Roosevelt lors des élections présidentielles de 1932, 1936 ou 1940.

Ainsi Charles A. Lindbergh serait parvenu aux affaires à la faveur de la crise économique et sociale des années trente, grâce aux réseaux républicains les plus conservateurs, avec l’appuis du Klu Klux Klan et des comités isolationnistes « América First » (comité fondé à la faculté de Yale, en octobre 1940, pour s’opposer aux ''dérives interventionnistes'' de l’administration Roosevelt et dont Lindbergh était l’un des principaux orateurs).

Dans le roman d'histoire-fiction de Philip Roth, « Le complot contre l'Amérique » (2004) l'auteur imagine Lindbergh remportant, contre Roosevelt, l'élection présidentielle de 1940 au terme d'une campagne teintée d'antisémitisme et axée principalement (« Lindbergh ou la guerre ! ») sur le refus de voir l'Amérique profonde prendre part au conflit qui ravage alors l'Europe.

Et, à peine arrivé au pouvoir, le président Lindbergh de s'empresser de signer un traité d'amitié et de non agression avec l'Allemagne nazie, recevant von Ribbentrop à la Maison Blanche et lançant un programme d'assimilation et de persécution des Juifs américains...

Un cauchemard qui ne se terminera qu'après l'explosion de pogroms antijuifs dans le Middle West isolationiste et avec le sursaut démocratique tant attendu de l'Amérique urbaine s'incarnant dans les personnalités du poémiste Walter Winchell, du maire (pourtant républicain) de New York Fiorello H. La Guardia ou de l'ancien président démocrate Franklin D. Roosevelt.

Dans ''K'', Daniel Easterman développe les conditions d'arrivée au pouvoir de Lindbergh lors des élections de novembre 1932 : Hoover, déconsidéré, ayant échoué dans sa lutte contre la crise économique et le paralysé polyomiélitique et démocrate Roosevelt paraissant bien terne face au fringant héros de l'aviation désormais soutenu par l'aile droite du parti républicain et par le KKK.

Des scénarii uchroniques finalement démentis par les faits puisque Charles Lindbergh ne s’est pas présenté aux élections présidentielles étasuniennes sous quelque étiquette que ce soit dans ces années trente (même quand cela lui ait effectivement proposé par le républicain William E. Borah, sénateur de l’Ohio, en 1940...). Mais un scénario qui reste néanmoins très crédible tant étaient évidentes ses sympathies pro-allemandes, pro-nazies et favorables aux régimes européens autoritaires et d’extrême-droite (Linbergh ayant été décoré d’une haute distinction nazie, en octobre 1938, par le maréchal de l’air Hermann Goering lui-même...), tend sont évidents ses propos racistes et ouvertement antisémites tenus contre les ''agitateurs bellicistes'', la ''race juive'' et son ''influence lobbyiste'' ainsi que (jusqu’en décembre 1941) ses propos tenus contre l’intervention américaine dans le second conflit mondial (Cf. discours de Madison Square Garden (NYC) ou de Des Moines (Iowa), en mai-septembre 1941).

Une candidature Lindbergh qui aurait alors pu recevoir le soutien de personnalités diverses de l’aile droite du parti républicain ou chez les démocrates conservateurs (''Dixiecrats'') du ''sud profond'' : comme les sénateurs Burton K. Wheeler (sénateur démocrate du Montana, candidat malheureux à l’investiture démocrate en 1940, conseiller et orateur de premier plan d’América First ; et que Philip Roth fait vice-président de Lindbergh dans son roman), Jacob Torkelson (sénateur républicain du Montana) ou encore William E. Borah (sénateur de l’Ohio), etc.

De même on suppose qu’il aurait pu recevoir le soutien financier et médiatique de ses amis personnels William Randolph Hearst (le célèbre magnat de la presse) et Henry Ford (le fameux patron d’industrie de l’automobile naissante, républicain de l’aile droite du parti : candidat malheureux à la candidature républicaine tout d’abord en 1916 puis, contre Harding, en 1922) pro-nazi et antisémite notoire (celui-là même qu'Hitler voyait avec sympathie, émerger comme son ''alter-égo'' américain), mécène de nombreuses publications anti-sémites comme le journal ''Dearborn independant'' ou les oeuvres radiophoniques des RP Charles Coughlin et Gerald Smith du Michigan ou encore du fameux publiciste d’extrême-droite Westbrooke Pegler...

Et seule l’agression japonaise à Pearl Harbor du 7 décembre 1941 permit de mettre un terme à l’ascension fulgurante du leader isolationniste : son meeting du 10 décembre initialement prévu à Boston fut alors annulé et le Comité « America First » allait finalement être dissout. Quant aux grands ''leaders'' de l’isolationnisme (Lindbergh, Wheeler et Ford), patriotisme oblige ils se rallièrent tous - bon gré, mal gré - à l’effort de guerre et mirent leurs talents respectifs au service de la mobilisation générale de l’Amérique entrée en guerre : Charles Lindbergh en tant que pilote d’essais dans diverses compagnies (et notamment chez Ford...), Burton Wheeler au Congrès et Henry Ford, dans la production d’armement et aéronautique...

Ronan Blaise
___________________________________________________________________________

Références : « Le complot contre l'Amérique », un roman de Philip Roth publié aux éditions ''Gallimard'' en 2004 (480 pages, ici ''documents historiques'' complémentaires des pages 431-476).

Références : « K », un roman de Daniel Easterman publié aux éditions Belfond en 1999 et disponible en format de poche chez ''Pocket thriller'' sous le numéro 10778 (490 pages, ici ''documents historiques'' uchroniques des pages 84-85, 281-282 et 433-434).
___________________________________________________________________________

Pour en savoir plus :

Charles Lindbergh, sur wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Lindbergh

Le Comité « America First », sur wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/America_First

Le roman de Philip Roth, sur wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_complot_contre_l%27Am%C3%A9rique

Le Klu Klux Klan, sur wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ku_Klux_Klan